Le massage au service de la Beauté​

Le massage Au Coeur du Réel ne porte pas de nom. Il n’en a pas besoin, il est sa propre signature. Il est comme une danse, comme une partition qui s’invente dans l’instant présent. La danse est rythme et le rythme imprègne tout l'univers. Les mains sont entièrement guidées par le corps de la personne qui se dépose et par mes sens subtils (kinesthésique, olfactif, ...). Elles ne cherchent pas à l’emmener dans une direction qu’il ne souhaite pas, ne cherchent pas à exercer sur lui une force volontaire pour induire un changement. Elles sont à l’écoute et dans l’improvisation du moment présent. Le massage n’est jamais protocolaire. Je module ma présence, mes gestes, un peu comme un diapason, en fréquence, en intensité.... Tantôt les mouvements seront amples et fluides, tantôt ils seront plus en puissance et en profondeur appuyée, pour vous malaxer, comme une pâte. Parfois le tempo s'emballe, parfois le rythme ralentit jusqu'à l'immobilité apparente. Apparente car au coeur de l'immobilité, un autre mouvement soudain se manifeste, tout fait de silence et de mystère... J'aime percevoir votre corps comme un instrument de musique. Je me sens à la fois l'humble artisan dont la joie et la mission est de le réaccorder, et en même temps le témoin plein de gratitude à l'écoute de la mélodie qui s'élève. Le massage est un voyage qui sollicite les sens. Textures, musique, odorat,... J’utilise fréquemment les huiles essentielles pour accompagner le travail, et soutenir l’Intention qui s’est dégagée. Parfois, elles s'invitent elles-mêmes... Grâce de l'instant... Les huiles essentielles agissent puissamment sur la psyché et l'exploration de leurs qualités et puissance vibratoire est infinie. Le geste est un vecteur entre le corps et l'âme. Il éveille le corps pour le (re)mettre en lien avec l'Âme... pour qu'il se souvienne d'elle... pour qu'il se laisse instruire et guider par elle...  Corps-athanor... Le corps joue un rôle central dans notre alchimie intérieure. Par le miroir que lui offre le massage, le corps est la Porte d'entrée à la relation consciente avec soi-même. Intériorisation des sens ... La pensée s'apaise, les muscles s'apaisent, l'organique s'apaise... Le mouvement revient, les opposés s'équilibrent ... Le Souffle, messager entre l'âme et l'esprit, circule... Le chemin de la Transformation n'est pas forcément une âpre chevauchée... Le massage nous enseigne qu'il peut rimer avec plaisir, douceur, et sécurité...​

Samvahan

« Pour que la vibration éclose en nous, il faut aller vers la douceur, l’apprivoiser dans notre corps, dans notre coeur » . « Le Samvahan est une expérience de vie qui se diffuse en chacun de nous, doucement, spontanément, ici et partout; la grâce du présent est son véhicule.Un tel processus se vit dans le temps et s’étale sur une longue période de pratique. Par ce cheminement continu de travail et de répétition, chacun est guidé par le langage du massage et si cela est écrit (Al Muktab), alors ce massage, dans toute sa subtilité et son intensité, se révèle petit à petit. C’est dans le lotus du Coeur que les vibrations subtiles du Samvahan naissent. Pour celui qui goûte à son nectar et qui en est touché profondément, ce Spanda éclot dans tout le corps depuis les profondeurs de l’atome, de la cellule jusqu’aux mains et au bout des doigts vers l’infini. Un jour, on découvre que cela permet d’aller vers la connaissance du Soi par le langage du toucher, du souffle, du mouvement et de la rencontre... Le flux de la vie est là et ne s’est jamais séparé du Soi ... Le flux de vie est là, le flux de vie est. Le Samvahan est un geste, un élan, une attitude ou, si vous voulez, une posture. Il est ce silence entre les notes qui offre la qualité de la symphonie.Le Samvahan s’offre à nous à travers une transmission qui est issue d’une philosophie de vie. C’est une permanence du mouvement ; un chemin de vie.Râm dit que ‘le corps est comme un paysage’ qui comporte tous les éléments, du plus subtil au plus brut : l’espace (ou éther, que je nomme grâce), l’air, le feu, l’eau et la terre. Sur notre chemin de vie nous traversons désert, rivière, montagne, colline, ou prairie... ensoleillés ou couverts de neige... Ces paysages peuvent apparaître comme des obstacles et/ou comme des rencontres. Il y a des moments de solitude, d’extase, d’éveil et d’émotions de toutes sortes; la vie en mouvement... Aussi, le Samvahan est fondé sur une attitude qu’on nomme ‘La Bhakti’ en Inde, cette attitude est celle du sacrifice (du don, d’offrir et d’accueillir, de donner et de recevoir, de se relier à soi et à autrui dans le respect des lois universelles qui habitent le Coeur). Ce sacrifice, nous le réalisons à chaque instant par le seul acte de la respiration, ce souffle que nous rendons éternellement à la vie, à l’Univers. […] La beauté du Samvahan réside en sa profonde intelligence et ses vérités universelles. En toute simplicité, en toute humilité, naturellement, le Samvahan nous offre cette joie, cette grâce de participer à cette symphonie. Cela demande une discipline et cette discipline demande du temps, notre temps. Ce temps offert nous permet de nous accorder à la beauté des lois universelles et leur Spanda (vibration). » (Jessica Neven du Mont) ​

Modèle holistique et holographique

Dans le modèle holistique et holographique, l’Essence (que chacun nommera comme cela est juste pour lui : Soi Supérieur, Source, Lumière, Noyau Divin, Tao, Dieu, Absolu, Brahman, …) est le principe primordial, transcendant et immanent, la Réalité première et originelle qui sous-tend toutes les autres dimensions, du plus au moins subtil, du non-manifesté au manifesté. Dans cette vision unitive, l’Homme n’est pas séparé du grand Mystère. Chaque infime parcelle de lui contient virtuellement le Tout. Nous abritons tous un fragment de l’étincelle divine. Le chemin spirituel, c’est venir se poser totalement au centre de soi-même et s’ouvrir à la relation : relation à soi, aux autres, au divin. Ultimement, c’est se mettre en relation avec la Conscience universelle et sentir que l’on ne fait qu’un avec elle. La vie mystique, c’est cela : grâce à une profonde métamorphose intérieure, vivre l’expérience de l’Unité de la conscience individuelle avec la vie universelle. Bien loin de tout ésotérisme, sensationnalisme ou spéculation, le voyage commence là où sont posés nos pieds. Etre conscient, c’est être infailliblement avec soi-même, son corps, ses instincts, ses sensations, ses émotions, ses pensées, ses rêves, … C’est aussi exercer son discernement, inlassablement, et ‘traquer’ nos croyances limitantes, nos conditionnements, pour remonter la piste de nos blessures tapies dans l’ombre de notre inconscient. Sans aucune autre intention que de s’accueillir tel que nous sommes, dans l’instant présent. Avec bienveillance et douceur. Lorsque nos blessures sont vues, accueillies, touchées dans cette qualité de Présence neutre, avec amour et compassion, elles se dissolvent naturellement. Nous pouvons ainsi progressivement lâcher des identifications limitantes, inclure une vision nouvelle, plus vaste de la réalité, et nous éveiller un peu plus à notre identité originelle. La guérison ne relève pas seulement d’une activité thérapeutique mais aussi de ce processus de transformation, qui nous mène au-delà de ce que nous pouvons mesurer, maîtriser, savoir. C’est un processus de croissance au cours duquel notre corps, notre âme et notre esprit vont mûrir, devenir toujours un peu plus sains pour finalement évoluer vers un état de santé harmonieux et rayonnant et faire l’expérience de la plénitude et de l’Unité. Ainsi, le corps, Véhicule de nos toutes nos dimensions (physique, éthérique, énergétique, astrale, spirituelle, ...) devient le champ d’expérience, le lieu où la Conscience peut faire l’expérience d’elle-même, et la vie quotidienne le lieu où s’exerce la pratique la plus éminente qui consiste à fondre en une seule modalité contemplation ET activité. ‘Seul ce qui est vécu dans le corps de façon absolue peut être appelé éveil’. (Yvan Amar) ​

Philosophie du shivaïsme cachemirien non-dualiste​

​Les chercheurs du Cachemire médiéval ont élaboré une investigation hors du commun fondée sur la rationalité intellectuelle et l’expérience vécue par une conscience plongeant dans ses propres profondeurs. Le champ lexical de la conscience ainsi que l’analyse sémantique de l’activité de la conscience tels que développés dans le shivaïsme cachemirien non-dualiste présentent une forme extrêmement aboutie et certainement parmi les plus achevées qu’il soit. Dans cette philosophie, la réalité du monde émerge, se maintient et se résorbe (expansion-stase-contraction) en la réalité divine. Le Soi est envisagé comme substrat unique de l’Univers, fondement de toute relation, ‘point sans dimension’, ‘espace de vacuité fertile’ riche de toutes les potentialités, d’où se tisse la trame * de la Vie, recréée d’instant en instant. Cette trame, non soumise à la temporalité, constitue l’unité originelle, présente en chacun de nous. Conscience et Energie sont les deux facettes d’une seule et même Réalité. La grande originalité de cette philosophie est la présence de l’Energie au cœur de l’Absolu. Couple infrangible de Shiva & Shakti.Un constat à la fois évident et mystérieux : La Réalité est par essence vibratoire. La Vibration est un élément cosmologique primordial, d’où proviennent toute structure et tout mouvement. Spanda… la pulsation de la Vibration cosmique. Le rythme imprègne tout l’univers.Union, Unité, Vibration, Frémissement intérieur et Créativité infinie de la Conscience divine… autant de thèmes essentiels à la Pratyabhijna, l’Ecole de la Reconnaissance, insaisissables par le concept mais uniquement par l’élan de l’intuition pure et par l’intelligence du Coeur. Cette approche, encore très vivante même à dix siècles d’intervalle, propose une expérience directe du réel, une expérience du dévoilement, où la conscience individuelle, en se re-tournant sur cet espace infini, en opérant une conversion du regard intérieur, expérimente son identité avec la conscience originelle et universelle. « l’expérience d’union au Soi, dévoilé dans un acte conscient qui revient à la Source de son jaillissement ». Une voie sans voie. La voie du Cœur.(Sources : Colette Poggi, L’art de l’illumination)  * Trame de la Vie .... Mon expérience directe du Tantra >TANTRA : conception anthropologique permettant à l’individu de remonter aux sources de sa vie physique. Méthode expérimentale permettant une expansion (TAN=expansion) de la conscience et des facultés humaines. (Définition selon Ajit Mookerjee) >TANTRA est un mot sanscrit dont la racine TAN signifie : étendre, continuer, multiplier, succession, déroulement, processus continu. Selon cette acception, un tantra serait ce qui augmente la connaissance. Par extension, le mot a pris peu à peu le sens de trame, tissu et surtout de livre désignant les recueils dans lesquels furent consignés les fondements de la doctrine tantrique. (Définition selon André van Lysebeth) >TANTRA : pratique insoucieuse des combats mondains. Il allume la torche et montre la voie, pas à pas, jusqu’à ce que le voyageur atteigne le terme du voyage. (Définition selon John Woodroffe)  

Alchimie

Matière et Esprit...
Au confluent,
Le Coeur
Creuset où l'Alchimie peut avoir lieu.

...
...

Les articles du blog

Au Coeur du Réel